Une main gauche et demi

Je viens de relire quand je racontais mes deux mains gauches il y a plus de 4ans.

J’écrivais « La morale de l’histoire c’est que quand on a deux mains gauches, on assume. Plus jamais ( ne jamais dire jamais mais quand-même ) je ne touche à un implant »

Ne jamais dire jamais évidemment c’est une doctrine très sage. La vie qui m’apporte beaucoup de surprise me l’a appris.

Si on m’avait demandé les choses que j’étais sûre de ne jamais faire, j’aurai cité entre autres « ne pas écrire un article le 17″, »courir plus de 5 minutes » et « retirer un implant contraceptif »

Hier, je n’ai pas écrit d’article,j’ai couru une heure et aujourd’hui, j’ai enlevé un implant.

Autant vous dire que je ne sais plus qui je suis…

J’avais pris ma mésaventure de ce scalpel dans le doigt comme bonne excuse de ne plus rien faire, de laisser les gestes en particulier au niveau gynécologique à d’autres ou à mes collègues et je me laissais engluer dans mon petit confort.

Et puis comme je le racontais ici, l’émulation de twitter, des blogs et puis le fait de recevoir des internes m’ont donné envie de sortir de mon confort et de m’améliorer.

Je ne tremble plus de peur quand je pose des stérilets.

Bon,c’est pas encore ça! Le plus dur pour moi reste de couper les fils. La semaine dernière, mes ciseaux de coupaient pas, j’ai laissé la patiente en position, j’ai chargé un patient de garder la porte contre toute tentative de pénétration et j’ai couru l’étage au dessus chercher des ciseaux, après le stérilet est ressorti, pendant ce temps mon interne voulait rentrer passer une carte vitale, je lui criais « nan rentre pas », et je raconte pas la suite tellement c’est n’importe quoi!

Mais je n’abandonne pas!

Et quand j’en ai eu assez que les patients attendent mes vacances et la présence d’Elliot Reid ou d’adresser à mes collègues, je me suis lancée à la pose d’implant. Avec le nouveau système, faut dire que c’est pas très dur! Ca ne m’a pas empêché la première fois de pousser sur la languette et de mettre l’implant par terre …

Et puis quand la première patiente à qui j’ai posé un implant a voulu le retirer, ben je me suis dit que c’était cohérent de lui enlever….et je me suis entendue dire « lundi? »

Et puis lundi, aujourd’hui, ben je lui ai enlevé! et je me suis même pas mis le scalpel dans le doigt!!!!

Faut dire que depuis j’ai découvert, grâce à vous une fois de plus, la technique de l’aiguille/de la tente/du pie vert et il faut avouer que ça change tout.

Et j’ai bien fait attention à ne pas me piquer avec l’aiguille non plus!

J’ai même hâte de recommencer!!!

Voilà ma petite histoire du jour. J’ai l’impression que je suis un peu moins affreusement malhabile!

En ce moment, je me dis que je suis arrivée au bout de ce que la vie peut m’apporter. Je suis comblée mais personnellement et professionnellement je n’ai que peu de perspectives de changements, de surprises, d’adrénaline.

Et puis dès fois, comme aujourd’hui, des choses improbables me tombent dessus, des fois, j’y suis aussi un peu pour quelque chose c’est sûr, mais symboliquement, arracher ce bout d’implant du bras de la dame, c’est la preuve que la vie peut me surprendre et que je ne suis pas au bout des perspectives!

Oui je sais c’est accorder beaucoup d’importance à ce petit bout en plastique, mais on fait avec ce qu’on a :-)

(Bon cet article est complètement autocentré et j’ai vraiment du mal avec le fait de rebloguer et de raconter ma vie, je ne sais pas si c’est plus narcissique qu’avant ou si je m’en rend plus compte mais bon, ça me questionne

je publie quand même :-)

7 réflexions au sujet de « Une main gauche et demi »

  1. Il m’est arrivé la même chose hier!
    Il y a 6 mois, je me suis galérée avec une externe et j’avais dit qu’on ne m’y reprendrait plus… Et j’ai proposé hier à une patiente de lui enlever son implant. Seule. Même technique… Et presque trop facile!! J’ai failli faire une petite danse avec le bout de plastique dans la main mais je me suis dis que je m’enflammais… Quel enjeu pour une si petite chose mais quel plaisir!!

  2. Mais bien sûr que oui, il fallait publier 😉 Oui, le blog est autocentré, mais c’est un normal c’est un blog (est-ce qu’on imagine quelqu’un qui a un compte twitter ne jamais raconter son alimentation, son voisin de transports en commun ou ses horaires de travail en temps réel? non. Là c’est pareil. D’ailleurs raconter sa vie sur twitter ou Facebook s’appelle micro-blogging… coïncidence? Je ne pense pas^^ )

    Plus pragmatiquement, certains articles où tu racontes ta vie sont intéressants en règle générale, comme ceux qui donnent une idée de la charge de travail d’un médecin généraliste, celui qui détaille ton changement d’attitude envers les labos et Prescrire, …

    Et puis surtout on veut des posts 😉 (je dis ça au nom de tous ceux qui veulent des posts, comme ça je ne risque pas trop de me tromper), au pire si un post n’est pas intéressant rien n’oblige à le lire

    Et puis si tu n’as pas envie de parler de toi, rien de t’empêche de faire des posts de blog sur, par exemple, la technique de l’aiguille…

    (euh, bon, ça fait peut-être un peu long juste pour répondre à la dernière phrase du post…)

  3. Mais , c’est pas du tout narcissique et autocentré docmilie…bravo pour cette nouvelle aventure de l’implant qui rend tellement de services aux femmes et à ce souci de la contraception( toujours aussi contraignant).
    Moi aussi je ne dis plus jamais  » plus jamais »…car , à chaque fois que je l’ai prononcé, il m’ait arrivé le truc que je redoutais ( et j’ai chaque fois appris !).
    Ecoutons la belle voix de David Bowie et ses musiciens dans  » Heroes »: oui, nous sommes toutes et tous des héros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *