Le médecin généraliste cet incapable

Brèves de patients:

« Et les enfants vous faites? »

« Vous allez vous spécialiser après? »

« Je voudrais une lettre pour le dermato,car j’ai des boutons.. »

« J’ai mon traitement à renouveler mais j’irai voir mon spécialiste…ah vous avez le droit? »

« Je viens voir le médecin de garde parce que mon pédiatre est absent et les généralistes vous savez… »

« Le pédiâtre ne peut pas le prendre en urgence alors je viens vous voir… »

« J’ai vu le chirurgien hier, il m’a dit de venir vous voir pour mon arrêt de travail: il a dit d’écrire « Suites opératoires »  »

« L’ambulancier il a dit que vous vous êtes trompé, il faut écrire ambulance pas VSL »

« Je viens pour un arrêt suite à mon IVG ce matin, le médecin m’a dit de voir avec mon médecin traitant »

Enceinte de 6 mois, sortie d’hospitalisation pour infection rénale: « Le gynéco m’a dit  « votre travail c’est pas l’armée », j’ai insisté, il a pas voulu m’arrêter, il m’a dit de voir avec mon médecin traitant… »

« Ah bon, vous faites les enfants!! »

Voilà voilà, les choses avancent peu…

La vision du médecin généraliste par les patients est parfois déprimante,

Jsuis parfois irritée par le foutage de gueule de certains spécialistes qui nous délèguent les tâches subalternes comme les arrêts de travail…

Pour faire les certifalacons, là le généraliste devient omnipotent mais pour le reste, parfois, il reste quand même dans l’esprit collectif un « sous-médecin »

Ce qui me fait le plus de peine, c’est la vision de la médecine générale dans le monde médical…

J’expliquais ici :un peu différente ce que je pensais être les raisons du manque de considération des médecins généralistes.

J’avais écrit (« Je lui dirais ») et je l’ai dit d’ailleurs…

Le changement de mentalité, la revalorisation de la médecine générale au cours des études de médecine, le développement de la filière universitaire de médecine générale, tout ça n’avance que trop lentement…

A quoi se heurte le dynamisme des médecins généralistes et du CNGE? Je ne sais pas

Quelques dizaines de chefs de cliniques, de Professeurs de médecine générale…

L’enseignement du troisième cycle en médecine générale est de plus en plus de qualité je trouve..mais en amont ?

Difficile de sortir de l’hospitalo-centrisme…

Mon externe, D2-4ème année de médecine, m’a confirmé que la médecine générale restait absente de la fac, des cours..Aucun de ses camarades de promo, actuellement n’envisage la médecine générale.

Le stage de 2ème cycle est une grande avancée certes, mais il ne concerne pas tous les étudiants et ne dure que 3 mois…

L’enseignement des pathologies reste très ancré vers l’hôpital..

Cette année j’étais contente de voir qu’aux ECN, quelques cas cliniques se passaient au cabinet du généraliste (même si le bilan très complet du médecin face à un patient fatigué ne m’a pas semblé très réaliste..)

J’avais en mémoire des cas cliniques du genre « Le patient arrive très très mal à l’hôpital où heureusement on va le sauver, il a vu le médecin généraliste il y a 3 jours qui a fait un truc très très nul et dangereux … »

« Genre, le patient a des boutons partout, il a vu son généraliste pour un simple rhume viral il y a 3 jours qui lui a donné un antibiotique inutile et improbable et a failli le tuer car il est allergique…et du coup il va à l’hôpital parce que c’est trop grave pour un simple généraliste »

Heureusement, ça c’était avant …

Maintenant les mentalités avancent,

Pour preuve les annales de dermato de ma fac..

juin 2012

Ttt toux - p1

juin 2011

Juin 2011 - p1

Ouf les choses avancent, je suis rassurée…

Connaissez-vous le carré de White?

carré de white

Jdis ça jdis rien…

PS: Et au fait oui « je fais les enfants »

21 réflexions au sujet de « Le médecin généraliste cet incapable »

  1. Avec une bonne politique de promotion de la médecine générale ca marche!
    En debut de 5eme année, une bonne partie de la promo disait souhaiter faire médecine générale. 😉
    Ca mets du temps mais on est sur le bon chemin 😉

  2. Tellement vrai tout ça! Les idées reçues ont la vie dure! Quand les enseignants menacent les étudiants de finir généralistes à Troupaumé s’ils ne sont pas bien classés aux ECN ça entretient le mythe du sous-medecin…

  3. Ah là je suis pas d’accord! Pour en parler autour de moi, BEAUCOUP de gens veulent faire MG, et dès la D2! (Moi ça fait partie de mes choix pour le moment en tout cas ^^)
    Par contre, c’est vrai que dans les cas cliniques, le MT qui fait n’importe quoi reste un classique…

  4. Cancéreuse multirécidiviste, je tenais à vous répondre que oui, il y a bien du chemin à parcourir encore, mais que chacun peut apporter sa petite pierre à l’édifice, à sa façon, pour que cela avance et que cette condescendance totalement insupportable disparaissent, tant côté patient que côté spé :
    Mes petits cailloux à l’édifice :
    http://ikigai-de-crabahuteuse.over-blog.com/article-hommage-a-57489550.html

    http://ikigai-de-crabahuteuse.over-blog.com/article-le-generaliste-face-au-cancer-categorie-59288941.html

    Bon courage!

    • Merci beaucoup pour ce commentaire et pour ces liens que j’ai lu avec un grand intérêt.
      Je pense que j’ai la « chance » d’avoir été très souvent de l’autre côté de la barrière coté patient et que je me rend donc compte , contrairement à bcp de médecins qui ne savent pas. Votre témoignage est utile pour voir les choses d’un autre point de vue. Merci.
      Et parmi tous ceux qui m’ont fait atteindre un désespoir profond envers le corps médical et soignants, j’ai moi aussi mes « héros » qui me redonnent espoir…

  5. Voilà un sentiment que je partage.
    Installé depuis quelques temps en semi rural, avec un hôpital de proximité dont les spécialistes ne tiennent aucun compte des courriers que j’ai pu faire pour mes patients, j’ai longtemps souffert du mépris des spécialistes hospitaliers à mon encontre.
    Mais en y réfléchissant un peu, tout cela a commencé quand j’étais en 4eme année et que je disais que je voulais faire médecin de famille. Un patron de rhumato dans un grand hôpital parisien m’avait répondu à l’époque : « et en médecine, vous voulez faire quoi sinon ? ». Puis ce conférencier de dermatologie qui nous menaçait de finir MG à Vesoul en cas de plantage à l’ECN…
    Il fallu que je rencontre mon premier maître de stage, devenu mon associé depuis, pour commencer à me sentir mieux, et avoir un semblant de réponse à tout ce mépris en ambiant : la résilience. Je suis un petit généraliste de quartier, qui essaie de faire au mieux son travail, qui ne prend que 20 patients par jour, qui fait des visites, qui essaie de se former à son petit niveau. Je sais où sont mes limites, et je les travaille. Je ne serais jamais un grand ponte.
    ET JE M’EN FOUS.
    J’aime mes patients et mon métier, qui d’ailleurs, n’est qu’une partie de ma personne. J’ai une femme et un fils formidables qui sont la plus grande et belle partie de ma vie.
    Bref tout ça pour dire qu’il ne faut pas chercher la reconnaissance de nos pairs spécialistes. La vrai reconnaissance vient d’abord de nos patients, et ensuite de la quiétude de faire notre travail correctement. Le reste est accessoire.
    Après, avec le développement des stages de MG en 2eme cycle, les mentalités évolueront doucement, j’en suis sur.

  6. Je suis une spécialiste (ouh ;-)) et oui je râle contre des médecins généralistes qui font n’importe quoi. Mais ce n’est pas la majorité! Et il existe des spécialistes vraiment énervants aussi (dans mon hôpital en vrac: un gastro enterologue qui veut jamais rien faire, une cardiologue qui ne trouve jamais rien de grave pour ne pas faire les échos sur sa garde, un orthopédiste toujours injoignable etc, etc…) etvousdevez râler aussi derrière comme moi! Enfin personne n’est parfait, moi comprise alors il vaut mieux parfois être un peu humble et c’est souvent le problème des spécialistes qui se prennent pour les rois du monde. Et pour info mon fiston est suivi par le meilleur médecin généraliste de la terre (qui a diagnostiqué une pyelo alors que Mme pédiatre me disait que j’étais stressée…). Je l’adore, il est super sympa en plus.

    • Nan mais je sais, et puis en fait là c’est plutôt moi qui tape sur les spécialistes qui font pas les arrêts. Et puis je tape aussi dans ma tête très souvent sur mes confrères généralistes qui pour bcp font n’importe quoi, et puis eux tapent surement sur moi…Spécialistes en médecine générale ou spécialistes d’organe, y’a malheuresement des nuls partout et heureusement de temps en temps des médecins bien …

  7. Vous êtes dure quand même, vos patients ne vous traitent pas d’incapables, ils ne connaissent juste pas les limites (ou les non-limites!) de votre profession.
    Moi, suite à un déménagement, je cherchais un médecin généraliste (toujours pas trouvé d’ailleurs!) qui fasse de la gynéco. Je pensais que tous les généralistes ne le faisait pas et que mon médecin traitant avait un diplôme de gynéco en plus (sorte de DU) pour le pratiquer. A vous lire, je me dis que peut-être pas en fait, tous les généralistes peuvent le faire. Est-ce que tous le veulent? Je n’ai toujours pas la réponse et j’aurais pu vous poser la question sans penser que vous étiez incapable ;-)!
    Bon après les spécialistes c’est autre chose…mais je suis sûre que vos patients vous adorent, même s’ils sont parfois au pire maladroits ;-)!

    • Je n’ai pas voulu m’en prendre à mes patients.C’était pour grossir le trait et ils sont finalement peu à faire ce genre de remarques .
      Ce qui m’a vraiment agacé, c’est les examens à la fac et la vision du médecin généraliste inculqué lors des études de médecine. Après les patients, ce n’est pas du tout un problème et leur question est d’autant plus légitime qu’il y a beaucoup de médecins qui ne font pas de pédiatrie ou de gynéco. Cela dépend de l’envie de chaque médecin: moi je fais peu de gériatrie,pas de sutures, beaucoup de pédiatrie, et un peu de gynéco (j’ai le DU mais ce n’est pas indispensable), chacun fait selon ses envies et ses compétences donc tout à fait d’accord avec vous…
      D’ailleurs avant même de lire votre commentaire, j’ai écrit l’article suivant..comme quoi je suis vraiment d’accord avec vous

  8. moi, j’ai adoré cette remarque d’une patiente d’un certain âge assez bourgeoise de maintien :
    « 23 euros ? quoi, je ne vais pas faire un chèque pour si peu !!! »
    bouhouh….

  9. Tous ,sans exception résumez le problème, vous détenez un champ large de compétence, et souffrez d’un désamour des spés qui vous mettent régulièrement en boite: quel élément principal fait le spé ,je réponds la machine et la technique. Quelle est l’outil aujourd’hui commun au cardio rhumato gynéco gastro ,c’est l’écho. Ce n’est pas en cherchant à revaloriser votre médecine sur les bancs de la fac qu’on arrivera à faire avancer les choses mais sur le terrain:en donnant en extemporanné des diagnostics de certitude; Ca ne devrait pas poser de problèmes aux As du blog et des nouvelles technos .

  10. Ping : 2 ans et 1 mois | Journal de bord d'une jeune médecin généraliste de Seine-Saint-Denis

  11. Ce matin courrier de SOS MAIN :

    « Cher Confrère,
    Nous avons bien pris en charge votre patient blablbablablbla
    qui a présenté une plaie blablablablbali.
    Les suites opératoires ont été blablabla.
    Nous avons remercions d’assurer la suite de prise en charge. Les points de suture sont résorbables ce qui signifie qu’il n’y a pas besoin de les enlever. »

    Heu…. merci pour l’info!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *